08 novembre 2005

La fée.

Toujours dans mes petits "textes d'entraînement", c'est cette fois une espèce d'impression de paix, bonheur, rêve que j'ai essayé de transmettre.


La Fée


Du fond de mon coin de monde, j’observai. La lune était pleine, réfléchissant la lumière du soleil avec plus de pureté que la plus belle des étoiles. La nuit régnait, une nuit comme les autres qui n’avait rien d’exceptionnelle, sans être pour autant triste. Car aucune nuit n’est triste pour qui sait en profiter. Et, sans vouloir paraître prétentieux, je pense savoir la rendre pleine de vie, à ma manière bien sûr. Alors comme souvent, je me trouvai là, allongé parmi les herbes hautes et légèrement humides de rosée naissante. Je m’en souciais peu. Car ces nuits, la chaleur physique était bien moins importante que celle du cœur, celle de l’esprit, plus douce et plus pure que nulle autre. J’écoutais tranquillement le bruit de la brise fraîche du vent dans les arbres, provoquant des bruissements de feuilles qui loin de me troubler, me berçaient. Et le silence, le silence régnait lui aussi. Le silence qui, sans jamais être complètement interrompu, laissait échapper des bruits qui l’empêchaient de le rendre oppressant. Un petit grillon qui chantait, un petit oiseau qui sifflaient, une branche qui craquait. Alors je respirai, profondément. Et je me détendais, me libérais de toute les pressions, de toutes les obligations, et de toutes les préoccupations qui pouvaient nuire à ma tranquillité d’esprit. C’est à ce moment que je prenais conscience de mon infini pouvoir. Pas celui trop commun qui ne vient d’on ne sait où, qui provoque des cataclysmes auxquels personne n’aspire. Non, ce pouvoir était beaucoup plus intense, plus profond et subtil. Si indétectable que personne ne prenait conscience de son existence. Présent en chacun de nous, au fond, tout au fond, dans l’endroit uniquement accessible par la paix intérieure et la prise de conscience du bonheur de la vie le plus intense, peu de gens prenait la peine de le découvrir. Et pourtant, le voir et le sentir provoquait la plus belle des récompenses. J’en étais capable, et si fier…si fier. Je le ressentais comme un petit nourrisson, une présence qui réconforte et qui libère. Ce petit être chaud qui au-dessus de tout m’est cher, vital. Tout ce manège auquel je me prêtais existait seulement dans le but d’obtenir ce pouvoir, qui rend plus puissant que nul autre. Désireux de magie et de bonheur, j’y arrivais grâce à lui.
Et croyez-moi ou non, elle était toujours au rendez-vous. Elle, qui occupait tous mes songes d’enfants, en qui je voyais le bonheur ultime, et qui représentait pour moi la perfection absolue. Ce petit être de lumière si précieux tant il est pur. Elle était présente, toujours, à ma demande. Sans jamais montrer le moindre signe de colère, d’énervement, ou même de reproche. Jamais elle n’en voulait à personne, car d’aucun n’aurait le pouvoir de lui nuire, et d’ailleurs personne n’en aurait eu la volonté. C’est ce bonheur que je recherchais. Alors, elle venait près de moi, et son souffle bénéfique m’enchantait, sa présence me réchauffait et le bonheur m’envahissait. Quel être n’a pas rêvé un jour d’un tel émerveillement ? Alors, cherchez la clé qui ouvre la porte de l’imaginaire. C’est là le pouvoir dont nous a doté la nature. Un imagination sans limite dans lequel chaque monde à sa place, et rien n’est absurde ni impossible. C’est vous le maître, le créateur qui place chaque chose à son grée, pour son plus grand bonheur. Apprenez à le contrôler et vous maîtriserai un pouvoir d’une puissance infinie……Rêvez mes enfants, rêvez………

Posté par Kobiwan à 21:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur La fée.

    nice !

    oh ! le commentaire que j'avais mis à disparu ! je recommence alors ^^
    1/je trouve ta petite histoire très sympa ! la description est très intéressante et semble assez réelle. je me suis vue allongée dans ces herbes hautes avec l'humidité etc., donc bonne description ! ^^ et puis le sujet en lui même, elle calme ton histoire lol
    2/dommage qu'on ne voit pas un peu plus cette petite fée ! c'est quand même elle le titre de l'histoire et elle n'apparait qu'à la fin, sur un tout petit paragraphe. j'aurais voulu en savoir un peu plus ! ^^
    mais j'ai beaucoup aimé !!

    Posté par Pheynosita, 12 novembre 2005 à 11:55 | | Répondre
  • J'y suis pour rien dans la disparition dsl.
    Si tu t'es vu allongée, je suis heureux, parce que c'était exactement le but recherché.
    Je me suis pas trop étendu sur l'histoirede la fée, parce que, et c'est pas très bien, ce n'est pas le but que je m'étais fixé pour la nouvelle. L'idée de la fée m'ait venue après, au début c'était juste pour m'entraîner à retranscrire une atmosphère

    Posté par Kob, 12 novembre 2005 à 13:35 | | Répondre
  • [ forum lanfeust ]

    Bah là, au niveau du style, c'est plutôt bien! Tu arrives pas mal a ammener la chose doucement, sans trop de brusquerie, comme de l'eau qui coule quoi et puis les mots coule bien, tu choisis bien tes adjectifs. En plus, le sujet est chaleureux. Pour faire encore mieux, il faut travailler le placement des virgules, des points et essayer de faire le moins de répétitions possible... En fait j'ai le même problème, c'est trop chiant!

    Posté par Jorkens, 08 décembre 2005 à 15:15 | | Répondre
  • sincèrement c'est très beau...je me suis aussi vue allongée dans l'herbe en train de regarder la lune et les étoiles ; ta nouvelle est très reposante, elle donne vraiment envie de se détendre et de rêver...

    Posté par ylith, 27 décembre 2005 à 02:18 | | Répondre
Nouveau commentaire