14 mai 2006

Doux rêveur

Eh oui ... ça faisait un bail...
Bon histoire de renouer, voila une nouvelle courte qui explique ce qu'est, pour moi, un rêve ...


Doux rêveur


 

Je n ‘ai pris le temps de penser à rien, pas même à ma famille, à mes amis, à toutes ces choses qui me rattachent au monde réel, et inévitablement, au passé. Je suis sorti, je suis parti, je me suis sauvé pourrait-on dire. J’ai fui, lâchement ou courageusement, tout ce que j’éprouvais avant. J’ai renié, avec bonté ou par cruauté, tout ce en quoi je croyais. De ma lame invisible j’ai tranché tous les liens, des plus résistants aux plus minces d’entre eux, qui m’unissaient à ce que j’étais avant.

Puis j’ai marché…

Je n’avais rien à la main, qu’une valise de cuir que j’avais trouvé dans un quai de gare désert, un dimanche soir. Je n’avais rien sur le dos, qu’un vieux bout de tissu délavé qui n’appartenait à personne.

Je marchais…

Sous la lumière haletante de ma nouvelle vie, je parcourais, lieues après lieues, tous les pas qui me séparaient de l’au-delà, de « l’autre côté », dont j’ignorais tout, jusqu’à l’existence même. Qu’allais-je y trouver ? Le vide, un abyme sans fond ? un monde ? …rien ?

Mais peu m’importait, je marchais…encore.

Puis comme si cela fût d’une simplicité enfantine, je la vis arriver. Elle qui se détachait nettement de l’horizon vide et jaune. Elle qui dressait sa banale forme au-dessus de mon inconscience, comme un phare guidant les marins une nuit sans lune.

Pas une fois je ne réfléchis, pas une fois j’essayai de comprendre ou de prévoir, d’analyser, de chercher. Tous ces réflexes maintenant banni de ma personne, comme de vieux vestiges d’une ruine cent fois millénaire, étendant ses souvenirs si loin qu’il n’e restait rien … rien du tout.

Puis j’arrivai devant. Petite porte de bois léger, fine construction d’un autre temps, je posai ma valise de cuir à mes pieds, sur le sable chaud. Je portai la main, doucement, presque comme un automatisme, vers la poignée de la porte. J’entrai.

Poussant du pied la lanterne brisée qui se trouvait à terre, je m’asseyais sur le tabouret, devant la petite table. Portant à mes lèvres la tasse encore fumante d’un doux breuvage épicé, je m’aperçus alors que la nuit était tombée. Au dehors, tout avait revêtu son beau manteau sombre, et s’inclinait maintenant sous la voûte du ciel noir et profond. Je n’étais pas oppressé, je n’étais pas inquiet. J’étais. Tout simplement. Heureux ? Je n’aurai su le dire. Calme ? Sans aucun doute. Mais plus que cela. La torpeur qui m’envahissait peu à peu, se glissant jusque dans les tréfonds de mon âme, m’enveloppait, me portait, me saupoudrait de sa délicieuse présence.

Allongé sur le lit de plume, le cœur battant et l’âme légère, je tournai lentement la tête vers la petite ouverture carré qui perçait timidement le mur. Je la vis. Comme une lueur claire et vive, comme un phare dans l’océan, elle m’appelait, m’attirait vers elle et je me sentais prêt à la suivre. Mon étoile. La seule et l’unique dans le ciel, la seule et l’unique sur cette terre, la seule et l’unique à mes yeux. Me laissant doucement plonger dans l’enveloppe feutrée, je fermai les yeux, calmement, comme si l’éternité ne serait pas de trop pour apprécier toute la douceur de ce geste. L’image de l’étoile perdura et s’intensifia dans mon esprit, m’irradiant de sa beauté pure. Alors, je le sus … j’avais trouvé mon monde…


Version word:
Doux rêveur

Posté par Kobiwan à 00:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Doux rêveur

    mmm

    Hé c'est sympa tout ça, c'est calme, on se laisse porter c'est court mais ça se suffit à lui même. Quel doux rêve !

    Posté par Pheynosita, 17 mai 2006 à 16:12 | | Répondre
  • [ Forum Lanfeust ]

    Je viens de lire ta nouvelle, elle est carrément bien. C'est vrai, ça se laisse lire tout seul, les phrases sont belles, vocabulaire bien employé et tout et tout... Et puis j'aime bien la fin. Je sais pas pourquoi, ça m'a fait penser à "Deuxième étoile à droite, et tout droit jusqu'au matin."

    Posté par Jorkens, 17 mai 2006 à 20:52 | | Répondre
  • voilà ça arrive !

    Commentaires en vrac, avec une lecture linéaire :

    - Entrée en la matière : Hum c'est net, c'est sans blabla, on y rentre bien.

    - Des phrases qui rimes entre elles, c'est joli, il y a de la musicalité. (c'est général)

    -"Je n’avais rien à la main, qu’une valise de cuir que j’avais trouvé dans un quai de gare désert, un dimanche soir. Je n’avais rien sur le dos, qu’un vieux bout de tissu délavé qui n’appartenait à personne."
    -> Pourquoi on a tout d'un coup des détails matériels au milieu de ce "flou" (comm tu dis) que tu installé ?
    C'est pas plus génant que ça, sinon.

    -"Sous la lumière haletante de ma nouvelle vie" -> j'aime beaucoup C'est là qu'on voit que tu t'améliores, et te personalise, si je puis dire. (et pas que pour ça, d'ailleurs)

    -"de l’horizon vide et jaune"

    - "comme un phare guidant les marins une nuit sans lune." -Dans- une nuit sans lune, non ?

    -"Tous ces réflexes maintenant banni " bannis

    - "si loin qu’il n’e restait rien" ne ? n'en ?

    - "me saupoudrait de sa délicieuse présence." ay ay ay, c'est joli !

    - "la petite ouverture carré " carrée

    - "La seule et l’unique dans le ciel, la seule et l’unique sur cette terre, la seule et l’unique à mes yeux" -> la seule et unique, ou alors ma seule et unique. Quoique maintenant que j'y pense, ça sonne bizarre... hum



    Remarques générales, 'bilan' ^^ :


    Bon déjà, je peux dire une chose : J'aime

    Ensuite, alors il y a beaucoup de rythme, ce qui fait que j'ai eu du mal à critiquer linéairement. C'est très emballé, ça se lit d'un coup, gloups, pas le temps de respirer, qu'on pousse un ouaw final. C'est poétique, c'est fin, c'est beau. On le sent (ou du moins moi), que tu as écrit ça... inspiré. Ca vient du coeur ! de tes petites émotions qui vienne de ton profond toi... fin bon vala quoi. Comme ton titre, c'est doux tout ça. Très doux. Doux, mais à la fois energique, comme de l'electricité, ou plutôt de l'energie. J'ai pas de métaphore qui convient à l'esprit là mais... J'espère que tu vois ^^.
    Bien que ce soit court, c'est comme un bonbon, ou une bouffée d'oxygène. Un clin d'oeil vers ton monde à toi.

    Que dire de plus ? Hum ma foi, j'espère avoir tout dit. Voilà, continue comme ça


    Juste une remarque : Même si l'ecriture inspirée est plus personnelle, plus un extrait de ton essence propre, à mon gout, écrire sans être dans cet état que tu m'as déjà décrit, n'est pas forcement mauvais. Ca peut même donner de très bons résultats aussi. Après il faut voir ce que tu veux ^^ L'écriture inspirée peut ne pas plaire, car étant personnelle, elle ne touche peut être pas autant de personne. Tu vois ce que je veux dire ? Bon vilà, c'est tout

    Posté par Nayla, 21 mai 2006 à 20:29 | | Répondre
  • [ Forum Outremonde ]

    Héhé, c'est joli Kob, y'a de la musique et de la poésie là-dessous...
    C'est bien écrit... quelques fautes mais pas beaucoup :super:

    Par contre, je suis pas rentrée dedans... restée dehors comme devant un exercice de style...
    Et qu'il faille lire les quelques lignes de ton post pour avoir une piste de ce que tout cela veut dire, ne me semble pas très judicieux ... :p

    Dulk partisante du "écrire pas pour faire joli mais pour dire des trucs ... "
    :sors: ouais ouais, je sais, je suis trop cartésienne...

    Posté par Dulkera, 01 juin 2006 à 23:16 | | Répondre
Nouveau commentaire